photo_header_saintlaurent

Poser des gestes qui comptent

Le fleuve Saint-Laurent est soumis à de multiples pressions en provenance des activités humaines (agriculture, industrie, eaux usées, urbanisation des rives, etc.). Des substances toxiques sont acheminées dans le fleuve par le vent, le ruissellement ou encore par ses nombreux tributaires. Voici une liste de gestes que tous peuvent poser et qui contribueront à la protection et à la conservation du fleuve et de ses écosystèmes:

Ce que vous pouvez faire à la maison

  • Économisez l’eau. La conservation de l’eau potable permet de diminuer les prélèvements dans les cours d’eau de même que la charge polluante de ceux-ci en diminuant la quantité d’eaux usées rejetées. L’eau propre qui est gaspillée engendre des coûts pour la société et les écosystèmes car elle ne peut être utilisée à d’autres fins et elle se mélange aux eaux usées qui sont ensuite rejetées dans le Saint-Laurent. Les stations d’épuration des eaux usées municipales n’ont souvent pas la capacité d’éliminer tous les polluants avant que les eaux ne soient rejetées dans le fleuve.
  • Buvez l’eau du robinet. L’eau du robinet est généralement de très bonne qualité. Le fait de boire l’eau du robinet permet de diminuer le nombre de bouteilles de plastique mises au rebut et encourage les autorités publiques à investir dans la préservation d’une bonne qualité de l’eau, ce qui est également favorable à la bonne santé des écosystèmes. 
  • Utilisez des produits domestiques certifiés écologiques.
  • N'employez pas de pesticides ni d'autres matières dangereuses dans votre jardin ou votre cour. Avec la pluie et le ruissellement, ces produits se retrouvent tôt ou tard dans les cours d’eau, puis dans le Saint-Laurent. 
  • Mangez des produits de la mer issus des pêcheries durables et des fruits et légumes biologiques du Québec.
  • Procédez à une élimination sécuritaire des objets et autres matières en les triant et les acheminant dans les lieux adéquats (éco-centres, centre de recyclage, dépotoir, etc.) : ne jetez pas de produits ou d’objets nuisibles ou dangereux dans les toilettes.
  • Faites savoir à vos élus que vous vous souciez de la qualité de l’eau du Saint-Laurent et de ses écosystèmes.

Ce que vous pouvez faire lors de vos activités extérieures

  • Rapprochez-vous du fleuve. Découvrez la beauté de ses paysages et la diversité des espèces fauniques et floristiques qui l’habitent. Par exemple, parcourez l’une des routes bleues du sentier maritime du Saint-Laurent ou faites une promenade le long de ses berges.
  • Diminuez votre consommation de pétrole en prenant davantage les transports en commun ou le vélo lors de vos déplacements. Diminuer notre consommation de pétrole permet de diminuer notre empreinte carbone et donc de lutter contre le réchauffement climatique. L'impact des changements climatiques se fait déjà sentir sur le Saint-Laurent et ses écosystèmes et s'accentuera dans les années à venir.
  • En camping, enfouissez vos déchets biodégradables à plus de 60 mètres de distance d’un cours d’eau et utilisez des détergents et savons biodégradables.

Ce que vous pouvez faire pour devenir un éco-plaisancier

  • Utilisez davantage des embarcations nautiques qui ne requièrent pas de carburant comme la voile, le kayak, le canot, etc.
  • Ne jetez pas de déchets à la mer ou sur les plages, évitez aussi d’utiliser les toilettes marines en mer autant que possible.
  • Consommez moins de carburant en entretenant votre embarcation et en naviguant à faible vitesse, ce qui diminuera aussi les risques de collisions avec des animaux marins.
  • Soyez attentifs à ne pas déverser du carburant ou de l’huile dans l’eau lors du remplissage au port.
  • Nettoyez votre embarcation à sec tous les deux mois ou à chaque fois que vous changez de plan d’eau afin d’éviter la propagation d’espèces exotiques envahissantes (ex. moule zébrée). 
  • Adoptez des bonnes pratiques d’observation en mer : évitez de nourrir ou toucher les animaux; n’approchez pas des espèces ayant un statut particulier comme le béluga.
  • Ancrez votre embarcation en zone sablonneuse, moins peuplées d’espèces marines. 


Sources et informations :

  • Défi bleu >>>
  • Fondation David Suzuki >>>
  • Environnement Canada >>>
  • Pêches et Océans Canada >>>
  • Réseau d’observation des mammifères marins (ROMM) >>>

PARTAGER

Réalisation et hébergement signés tegara.ca

Admin